Novembre 1095 / Dhou Al-Qi’da 488 – Urbain II appelle à la peregrinatio armée au concile de Clermont

En mai 1095, au concile de Plaisance (Italie), des ambassadeurs byzantins appellent les Latins à l’aide. 

En novembre, lors d’un autre concile à Clermont, Urbain II appelle à un grand pèlerinage pour « aider les frères d’Orient et libérer la Terre sainte ». Il a un écho retentissant, repris par de nombreux prédicateurs à travers toute la Chrétienté latine. L’un d’eux, Pierre l’Ermite, est particulièrement entendu. Des masses entières se lèvent, dans les rangs des seigneurs, mais surtout parmi les populations chrétiennes.

Femmes, hommes et enfants se massent dans les villes. Peuplée en partie de non-nobles, peu organisée, on l’appelle plus tard, la “croisade populaire” ou “spontanée”. Pour beaucoup, ils sont motivés par l’idée de reprendre la Jérusalem terrestre, pour qu’advienne, selon les Écritures, la Jérusalem céleste, le Retour du Christ et la Fin des Temps. D’autres y voient un moyen de se laver de leurs péchés ou de s’enrichir.

Traversant l’Europe centrale, ces masses se nourrissent sur le pays. Aux pillages succèdent des massacres de communautés, notamment des pogroms de Juifs dans plusieurs des villes traversées, malgré la protection du clergé local. Décomposée en quatre voyages différents, seul celui mené par Pierre l’Ermite et Gautier Sans-Avoirs parvient à Constantinople. Les trois autres ne quittent jamais l’Europe, écrasés par le roi de Hongrie excédé de leurs exactions.

A Constantinople, l‘empereur Alexis s’empresse de faire traverser le Bosphore à Gautier Sans-Avoirs et sa troupe. Arrivés en Anatolie, les pèlerins sont massacrés par les Turcs seldjoukides en octobre 1096. Pierre l’Ermite et les siens, arrivés en retard, décident d’attendre l’arrivée des Barons.

2019-09-02T14:36:39+02:00