Juin 1098 / Joumada Al-Thani 491 – Prise et nouveau siège d’Antioche

L’immense armée turque fait peur aux barons qui réclament le secours d’Alexis Ier. En route, il décide de repartir après avoir reçu de mauvaise information d’Etienne de Blois qui quitte le pèlerinage. Bohémond, inquiet, fait reconnaître par les autres barons ses droits sur la ville si Alexis ne vient pas et s’il entre le premier. Seul le comte de Provence refuse.

Mais Bohémond est déjà en contact avec Firûz, probablement un arménien converti, officier de Yaghi Siyan, commandant d’une des tours du rempart. Kerbogha arrivant et le plan révélé, Raymond de Saint-Gilles finit par accepter. Bohémond et ses hommes rentrent sur le mur d’Antioche la nuit du 2 juin et ouvrent les portes au reste de la troupe. Le pillage, le massacre et les exactions durent jusqu’au lendemain soir. Le lendemain, le 4 juin, l’armée de Kerbogha s’installe devant Antioche. Les anciens assiégeants deviennent les nouveaux assiégés.

Les pèlerins fêtent alors leur victoire et dévorent rapidement les réserves de nourriture. Mi-juin, alors que la famine frappe, Pierre Barthélémy, un Provençal, affirme avoir des visions et être visité par Saint André. Il lui aurait indiqué où se trouverait la Sainte Lance qui a percé le flanc du Christ. Les visions étaient prises très au sérieux à cette époque et on commence des fouilles sous la cathédrale où on trouve la lance, que l’on donne à Raymond de Saint-Gilles. Cela redonne espoir à tous les Chrétiens de la ville. De nouvelles visions affirment qu’une attaque seule emportera la victoire.

En face, Kerbogha doit composer avec des armées hétéroclites et les rivalités entre leurs chefs. Le 28 juin 1098, il voit sortir les Franj en six batailles (groupes de combattant) face à son camp. Alors que la bataille fait rage, les émirs, inquiets du pouvoir que pourrait représenter Kerbogha s’il l’emporte, désertent les uns après les autres.

2019-09-02T14:25:58+02:00