La république à deux visages

 

Le personnage d’Hamza s’insurge ici contre les réalités sombres de la Seconde République.

 

La république des “modérés”

Entamée en 1830, la colonisation de l’Algérie se poursuit pendant tout le XIXe siècle, au prix de la spoliation et du déracinement de milliers d’indigènes. Le général Cavaignac (1802-1857), gouverneur de l’Algérie, est reconnu comme le premier à utiliser la technique des enfumades, en juin 1844, contre la tribu des Sbéahs. Il s’agissait d’asphyxier les membres des populations locales réfugiées dans des grottes en allumant des fagots de bois à l’entrée. Incapables de sortir, ils finissaient asphyxiés ou fumés. En juin 1848, suite à la décision du gouvernement de supprimer les Ateliers nationaux, des émeutes éclatent à Paris. Cavaignac est appelé pour les réprimer et se voit confier les pouvoirs exécutifs par l’Assemblée nationale. Il les détient jusqu’au mois de décembre 1848, lorsqu’il perd aux élections présidentielles face à Louis-Napoléon Bonaparte.

 

Républiques et empire

Premier président de la République française, ce dernier, suite à son coup d’état du 2 décembre 1851, rétablit l’Empire, sous le nom de Napoléon III, empereur des Français. Le tour de force contre les droits civiques et politiques s’accentue ensuite, des individus sont déportés pour crimes politiques en Polynésie ou en Guyane. Supporté par une partie du pays, le Second empire s’effondre pourtant après la Bataille de Sedan, sans que personne ne s’en insurge. Dans la foulée, la Troisième république est proclamée, en 1870. Cette dernière, république plutôt libérale, se gardera bien de mettre en avant l’empire qui la précède, ou les tentatives sociales de la Seconde république.

2018-09-17T01:49:42+00:00