En Pologne, une insurrection planifiée

 

 

A la fin du XVIIIe siècle, la Pologne est découpée et partagée entre le Tsar de Russie, l’Empereur d’Autriche et le Roi de Prusse. Napoléon restaure un temps le royaume polonais avant que le Congrès de Vienne, en 1815, ne le partage à nouveau : le Duché de Poznan est donné à la Prusse, la Galicie reste à l’Autriche alors que Cracovie est faite ville libre, le Tsar devient roi de Pologne.

En novembre 1830, influencée par les révolutions en France et en Belgique, Varsovie se soulève contre l’autorité du Tsar. Tout le Royaume de Pologne lui emboîte le pas. Les Russes mettent près de neuf mois à réduire l’insurrection. La conséquence principale est un exil massif des Polonais vers Paris, Londres et Bruxelles. Là-bas, ils se forment pour revenir plus tard et réaliser l’indépendance de la Pologne.

Ils forment des antennes dans les parties occupées dans les années 1840. En 1845, le comité central de Poznan décide d’organiser une insurrection conjointe en Galicie, dans le Duché de Poznan et dans le Royaume de Pologne. Mené par Ludwig Mieroslawski et Karol Libelt, le comité de Poznan est dénoncé avant l’insurrection. Mais le soulèvement est lancé en Galicie. Le Manifeste de Cracovie, lu par Libelt en février 1846, proclame l’abolition du servage et l’égalité des droits pour les Juifs. L’armée, peu nombreuse, est vite défaite en mars 1846. En novembre, la cité libre de Cracovie est complètement annexée par l’Empire d’Autriche.

Condamnés à mort puis graciés, Libelt et Mieroslawski sont relâchés en mars 1848 lors de la Révolution de Mars en Allemagne. Le second retourne alors à Poznan et prend la tête de l’insurrection dans le Duché. Le mouvement, qui a pour but la libération et l’unification de la Pologne, tient jusqu’en avril, il est finalement écrasé par les armées prussiennes le 9 mai. Mieroslawski est de nouveau emprisonné mais libéré sous demande de la France, où les sympathies sont fortes envers les Polonais. Il est donc reçu en exil à Paris.

 

Image : Mort du leader révolutionnaire Edward Dembowski, dans les premiers jours de l’insurrection de Cracovie, le 27 février 1846, dessin de J.B. Dziekonski, milieu du XIXe siècle.

Retour à la carte

2018-09-17T17:23:47+00:00